Moscou : le théâtre Bolchoï

Nous avons profité de notre séjour à Moscou pour voir un spectacle au théâtre Bolchoï. N’étant pas décidés à payer 100€ (soit presque assez pour traverser la Russie en train) pour un opéra, nous avons pris des places pour le concert « Le carnaval des animaux » de Saint-Saëns. Celui-ci avait lieu dans une sorte de 2ème Bolchoï qui semblait plus petit (relativement, il y avait quand même 3 balcons). Ces places nous coutant la somme raisonnable de 1,50€ nous étions au poulailler.

Les moscovites s’habillent incroyablement bien pour aller à l’opéra. Nous le savions mais en temps que backpacker, un peu difficile pour nous d’avoir les habits en rapport avec l’occasion. Nous tranchions vraiment parmi les belles robes, les bijoux et les talons.

Le bâtiment est somptueux et le concert était bien mis en scène avec écran géant et caméran man qui filmait le chef d’orchestre, le public, un musicien… et sur l’écran s’ajoutait en fonction les animaux des mélodies qui interagissaient même avec les personnes filmées.

A l’entracte, nous souhaitons discrètement changer de place. Manque de chance, des ouvreuses sont partout… Finalement c’est l’une d’entre elle qui vient nous chercher pour qu nous nous déplacions sur une meilleur place !

Super soirée !

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Publicités

Au bania

Photo de couverture : Par user:Хомелка — Travail personnel, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15594680

Pour l’article, je n’ai pas pu prendre de photos mais voici à quoi ça ressemble sur leur site internet : http://vorontsovskie-bani.ru/index.php

Étant friante de bains et hammam, je pousse Kir à force de manipulations mentales et chantages affectifs (oui plein) à essayer les bains russes autrement appelées bania.

Nous nous rendons donc aux bania Vorontsovskie accompagnés de Bryan qui souhaite aussi découvrir la tradition russe.

Les bania sont non mixtes donc je me rends seule aux bania pour femme. On me fait acheter une sorte de bonnet et un fagot de branches de chêne. Il faut ensuite se déshabiller entièrement et accéder aux bains uniquement drapé de sa serviette et du bonnet, bien utile contre la chaleur du bania.

Honnêtement je m’attendais à un moment de détente dans un spa à l’eau chaude avec des petites bulles une musique douce et des jolies lumières. Et bien pas vraiment, la détente à la russe c’est autre chose…

En fait on entre dans une pièce sorte de sauna mais en beaucoup plus humide bien qu’aussi chaude. La chaleur y est vraiment déjà étouffante. Et là que vois-je ? Les femmes non contentes de transpirer dans une atmosphère saturée d’humidité se frappent à coup de fagots de branches qu’elles ont préalablement trempé dans l’eau tiède. Faire un effort par cette chaleur me semble impossible. Et pour se frapper à coup de branches…?

Je tombe sur une professeure de français qui m’indique que c’est une façon de rester en bonne santé. Soit, j’essaie timidement. Elle me propose de louer les services d’une « masseuse » qui peut me faire la flagellation et pour bien cher… Je refuse poliment.

Après le sauna (donc bania) c’est douche froide ou seau d’eau froide à se renverser dessus puis bain froid ou des glaçons pour les plus courageuses. Puis il faut sortir un peu se remettre de ses émotions et boire un coup dans la partie thé/restaurant.

Et ce rituel est à refaire 5 fois de suite jusqu’à être « détendu ».

Bon, c’était culturellement très intéressant mais je préfère les bains andalous, il n’y a pas de doute !

En sortant, prête à me répandre en plates excuses d’avoir insisté pour ce plan somme toute un peu foireux, j’apprends que Kir et Bryan on pratiqué les bania d’une manière un peu (beaucoup ?) plus « authentique », se sont payés un massage/flagellation par le masseur de leur bania au milieu de la fournaise du sauna, n’ont pas fait les pauses prescrites, puis ont arrosé ça d’une vodka « parce que c’est la règle » (enfin, selon Bryan soutenu par Kir). Ils sont super heureux de leur expérience qu’ils considèrent comme leur meilleur bain/spa de leur vie.

Des gouts et des couleurs…..

Moscou

Après Tver, nous prenons le train pour Moscou. A notre arrivée, nous rencontrons Anna une russe pétillante vivant au Mexique professeur d’anglais et de russe, francophile, en nous entendant parler français, elle s’adresse à nous et nous mangerons ensemble juste avant de quitter Moscou.

Nous nous installons dans une « auberge » pas très classique, chez un couple de russes qui loue en dortoir deux pièces de leur petit appartement. C’est ainsi que nous faisons deux sympathiques rencontres : Bryan (américain) et Serguei (russe).

Nous visitons avec Bryan et Léonard la mythique place rouge

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

la Basilique St Basile-le-bienheureux (celle qui ressemble à une maison gâteau d’Hansel et Gretel). Beaucoup plus classique à l’intérieur que ne le laissait deviner cet extérieur patissier. Un groupe vocal d’hommes a capella chante régulièrement dans l’église avec un super rendu que je ne peux pas vous partager (pas d’upload de videos possible).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Le tombeau de Lénine où il est momifié, l’accès est gratuit mais nous passons bien sûr par les portiques de sécurité et une fois sur place, les gardes veillent au respect affiché. Les mains doivent être hors des poches, les hommes découverts, on ne peut pas s’arrêter devant le tombeau il faut passer rapidement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Derrière le tombeau de Lénine, la muraille du kremlin.

La place rouge illuminée la nuit :

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Nos premières impressions sur Moscou : tout d’une grande ville, avec des gens plus pressés qui n’hésitent pas à bousculer dans le métro, beaucoup trop de voitures nécessitant parfois des longs détours pour traverser… (notre maximum 30 min pour traverser une route). Malgré tout la ville est magnifique et regorge de possibilités. Nous avons d’ailleurs du faire une croix sur beaucoup de choses en raison de notre très court séjour dans cette ville gigantesque (Kir rougne encore de ne pas avoir pu aller admirer des T34 au musée des armées). Mais ne vous inquiétez pas, je détaillerais rapidement tout ce que nous avons pu y faire et c’est déjà chouette….

 

Tver

Après Novgorod nous voici dans le train pour Tver, ville jumelée avec Besançon.

Nous arrivons à 3h30 du matin à la gare. De peur d’être jetés dehors dans le froid et de ne pas pouvoir somnoler dans le gare en attendant d’aller s’installer à l’auberge, nous avions réservé la chambre pour ces quelques heures. En réalité, de ce que nous avons vécu les gares russes ne ferment jamais, elles sont très bien chauffées (au moins 20°C) avec des sas d’entrée pour le froid. Elles sont ultra sécurisées avec des policiers qui vérifient les bagages aux rayons X et un portail de détection métallique pour les gens. Il y travaille en permanence pas mal de monde (commerces ouvert la nuit, entretien des toilettes, personnel de gare).

A Tver, nous traversons la Volga à pied mais pas sur le pont.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous essayons de visiter plusieurs églises mais dans chacune un office est en cours donc nous abandonnons.

Il y a des petites maisons traditionnelles et une grande rue piétonne. Malgré tout, on en a vite fait le tour. Nous en profitons pour planifier l’arrivée en Corée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La direction annoncée de Besançon nous laisse songeurs…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Novgorod

Après St Pétersbourg, nous prenons le train pour Novgorod.
Nous visitons là bas un monastère St Georges de Louriev qui est un peu à l’écart de la ville mais on y accède facilement par un réseau de bus circulaire qui passe très régulièrement. Une telle déserte hors la ville même est surprenante pour les français que nous sommes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On y visite l’église qui est en rénovation. Les églises orthodoxes sont à base carrée ce qui surprend quand on a l’habitude des églises catholiques.
Elles sont entièrement peintes donc les rénovations doivent être régulières.

Les croix orthodoxes ont sept branches, un mystère que nous n’avons pas vraiment élucidé. On n’a pas trop cherché non plus, faut l’avouer.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et voici enfin une photo d’un réservoir d’eau bénite où l’on peut venir se servir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En plus de la boisson, ils proposent la nourriture. Il est traditionnel que les monastères vendent à prix bas de la nourriture végétarienne en Russie. Jusqu’à maintenant,c’était surtout de chaussons salés et sucrés que nous avons trouvés (choux, pomme-myrtille, confiture). Ceux de ce monastère étant exceptionnellement bons.

Juste à côté du monastère se trouve un musée de l’habitat traditionnel russe qui est malheureusement fermé pour travaux.

Et voici une photo de la ville de Novgorod, devant un bug de WordPress m’empêchant d’en uploader d’autres, ça sera la dernière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le musée de l’Ermitage à St Pétersbourg

Le musée de l’Ermitage est un des plus grands du monde. Il possède des collections grecques, romaines, hindoues, de peintures, numismatiques, militaires….

Il a la bonne idée d’être situé dans le palais d’Hiver donc dans un cadre magnifique. C’est l’un des musée les plus stupéfiants que nous ayons vu. Chaque salle est magnifique et conduit à une salle plus somptueuse encore.

Deux énigmes, le dauphin à dents et le piano/harpe :

La vue  sur l’autre rive de la Néva :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En mode princesse au bal, une bibliothèque digne de la belle et la bête :

En train de chercher de l’inspiration pour de nouveaux GN ?

Tellement émouvant, Léonard retrouve ses parents au musée !

Saint Petersbourg : SAGA se protège du froid et fait de belles photos

Après un nouveau trajet nocturne et un passage a la douane moins stressant que prévu, nous arrivons avec deux heures d’avance à Sankt Petersburg. 4h30 du mat. Un peu frisquet, mais ça va. Nous nous réfugions dans un « turc » ouvert h24, grignotons un bout devant un chaï bien chaud. Puis nous partons à l’aube prendre nos quartier dans l’ auberge de jeunesse que nous avions réserver et y finir notre nuit.

Les choses sérieuse commence l’après midi, pendant lequel, sous une tempête de neige, nous commençons notre exploration de la Venise de la baltique.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Comme je trouve que Saga fait des belles photos, en voici quelques unes prises lors de ces trois premier jours dans la fin de l’hiver russe.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Attention. Il y a un piège! Il y a une photo qui n’a pas été prise par saga. Saurez vous deviner laquelle? 😉

 

Voici donc un premier aperçu de Saint Petersbourg, ville que nous avons beaucoup aimé.

From Russia with love.