Hanoï, plongée au cœur de l’Asie qui lâche rien

Après Taïwan, nous partons pour Hanoï, capitale du Vietnam. Premier truc qui change : la tenue des hôtesse de l’avion de Vietnam airlines. Pas de minijupe mais des shorts, et pas de chaussures à talon.

Atterrissage, passage de la douane et… Et bien rien, pas de fouilles, pas de vérification des bagages, rien.  Nous prenons ensuite le bus pour  le centre ville et découvrons la conduite à la Vietnamienne. Le principe est simple : les plus petits doivent laisser les plus gros. Et nous nous retrouvons donc dans un bus qui roule à fond et slalome entre les camions, les voitures, les deux roues, klaxonnant sans cesse pour prévenir les autres conducteurs qu’ils vont devoir le laisser passer. On se sent en sécurité… Mais on sent moins en sécurité les gens hors du bus.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Église de Hanoi

Le centre ville est lui même très grouillant, des commerces devant tous les bâtiments. Des deux roues partout. Très peu de feux et de passages piétons. Pour traverser lorsque on est piéton, c’est finalement assez simple : on s’engage en marchant d’un pas régulier, et les véhicules s’arrangent pour vous éviter en passant devant et derrière vous. Cela surprend, mais au final on se rend compte que on ne perd jamais beaucoup de temps à traverser une rue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Marché de Hanoi

Le Vietnam est un pays très dynamique. Impressionnant de voir comment ce pays, après avoir enchainé guerre d’Indochine contre les français, guerre contre les USA, puis guerre contre le Cambodge et la chine, a été capable de se relever. Et pas rancunier à côté de ça : ou que nous allions, nous sommes bien accueillis et les vietnamiens se montrent très gentils et plutôt arrangeants. Par contre, les normes de politesse ne sont pas celles du Japon. Les vietnamiens sont souvent très directs. Cela ajouté à une langue très tonique et guttural, on a vite l’impression qu’ils nous engueulent ou qu’ils s’engueulent entre eux alors qu’il n’en est rien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les bords du lac de Hanoi

Le premier jour nous allons visiter le musée des femmes vietnamiennes. Après un premier étage détaillant les structures familiales et les coutumes traditionnelles selon les régions et les ethnies (et là on se rend compte que le Vietnam était quand même pas mal en avance sur nous quand a la question du statut des femmes), on va ensuite au deuxième étage où l’on parle des femmes dans les guerres du 20éme siècle. Et là aussi… On se rend compte que les femmes au Vietnam n’avaient pas la place qu’elles avaient en Europe. Avec notamment de nombreuses femmes haut gradées chez les vietcongs et dans l’armée nord vietnamienne. Le tout, montré dans une exposition avec de nombreux objets d’époque, qui nous retrace la guerre au travers de l’histoire de ces femmes.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Dans la nuit, nous retrouvons Uri qui nous rejoint depuis le Japon. Nous flânons avec lui dans les rues de Hanoï puis allons ensemble faire un « food tour » le soir. Le concept est simple : un guide nous conduit dans 7 restaurants où nous goutons un ou deux mets locaux dans chaque. L’occasion de constater avec Saga que nous étions devenue très doués pour ce qui est de la découverte culinaire. Nous avions déjà gouté les trois quarts.

Nous partons le lendemain à Cat Ba en bus pour retrouver 4 autres loustiques qui nous attendent là bas.

 

 

 

Publicités

Taiwan côté alternatif et artistique

Le quartier de Pier-2 à Kaosihung est un quartier où s’exposent des artistes de street art. Nous avons adoré. En voici un échantillon.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Une balançoire sous un pont
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un good boye
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le manneken pis de Taiwan
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ils ont pensé aux parents T-rex

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Une immense valise
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Il y a plusieurs variations de ces statues sous la même forme

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

A Tainan, nous avons visité le Ten Drum Cultural village. Nous le recommandons complètement ! C’est une ancienne usine désaffectée transformée en centre d’art et de loisirs. On peut y voir un super spectacle de percussions traditionnelles, des œuvres d’art en tout genre (peintures, sculptures, jeux de fontaines). On peut aussi y pratiquer des activités : tir à l’arc, saut freiné par une poulie, toboggan géant, radeau, initiation au percussions…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La vieille usine
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
De nombreuses sculptures
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Une bonne idée les parapluies peints

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

On va dans l’autre Chine

Après la Chine de Hong Kong et de Macao, on va dans l’autre Chine : Taiwan.

Encore une fois, pas moyen d’y aller en ferry, donc on y va en avion.

Taïwan est une île qui après avoir été chinoise quelques siècles, a été japonaise de 1895 à 1945. Elle à ensuite été rendue à la Chine. Puis suite à la guerre civile chinoise, les forces non communistes s’y sont réfugiées, tout en continuant de revendiquer la Chine continentale. L’état de Taïwan se nomme donc « république de Chine« .

Notre plan est simple : on va à Taipei (la capitale), on fait le tour de l’île, puis on retourne à Taipei. Durant ce tour, nous pouvons profiter des très bons services de transports en commun Taïwanais. Un train pas très cher fait tout le tour de l’île.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
A Taipei

Taipei est une jolie ville très dynamique. Comme sur le reste de l’ile, on y mange très bien. Beaucoup de marchés de nuit. Du « tofu qui pue », spécialité locale. Beaucoup de cuisine végétarienne et véganne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Nous abusons de « bubble tea », une spécialité taïwanaise qui s’exporte bien en Europe ces dernières années (du thé au lait avec des boules de tapioca à l’intérieur).

 

Les deux roues sont omniprésents, ce qui créé un trafic routier bien moins congestionné qu’en France.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Des rangés de scooters stationnés partout

La vie est peu chère. Comme en Corée, au japon, ou à Hong Kong, beaucoup de petites supérettes ouvertes 24h/24. Beaucoup de restaurant et de street food. Climat tropical, donc plein de fruit murs !

Nous sommes ensuite allé à Hualien, Kaohsiung, Tainan et Taishung (les trois dernières villes sont dans une espèce de grande mégalopole occupant tout l’ouest et le sud ouest de l’ile).

Dans toute l’île le street art est présent mais en particulier dans le quartier Pier-2 de Kaosihung et au Ten Drum Cultural de Tainan (article à part).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vitraux dans le métro de Kaohsiung

Le long du lac de Kaohsiung, il y a de nombreuses statues très colorées (kitch diront certains) et pagodes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le lac de Kaosihung de nuit
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les pagodes du tigre et du dragon. Pour avoir du bonheur, il faut entrer par le tigre et sortir par le dragon mais il était trop tard pour nous
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
De nuit, c’est enchanteur et vide

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Des vases pleins de sables pour planter de l’encens, on se croirait dans Mulan !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les pagodes du tigre et du dragon

Après le lac de Kaosihung, voici quelques images de Tainan :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Temple à Tainan
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ruelle dans Tainan

Puis retour à Taipei, d’où nous avons fini de préparer nos futures aventures.

Nous visitons le musé national, avec notamment une belle exposition sur les éléphants que léonard a beaucoup aimée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Léonard retrouve ses ancêtres
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Taipei 101

Fait amusant : on trouve presque plus de goodies de jap-animation à Taiwan qu’au japon.

Taiwan, par rapport au Japon, à la Corée et à HK, a un côté assez punk, alternatif, street art… L’art religieux est exubérant, loin de la modération Japonaise. Le tour de l’île fut plus long que nous prévoyions et les 10 jours à Taiwan étaient malheureusement trop courts pour se faire une idée entière du pays.

En terme de budget, Taïwan est plutôt bon marché (environ 7€ la nuit par personne (à noter, plusieurs hôtels de Taipei très limites en terme de confort…)). On peut y manger pour 5€. Les transports sont aussi bon marché. Les villes sont plus proches de villes européennes qu’à HK, en Corée ou au Japon.

Nous enchaînons en avion pour Hanoi, au Vietnam.

 

Kir et Saga dans la ville du jeu

Depuis Hong Kong, on peut facilement aller à Macao, un ancien comptoir portugais fondé en 1557 puis  devenu chinois le 20 décembre 1999. Un peu comme Hong Kong, elle fait partie de l’état chinois tout en conservant  un certaine autonomie. Ainsi, Macao a son propre gouvernement, ses propres lois, sa propre monnaie. Un peu comme Las Vegas, Macao est une ville casino. Toute l’Asie, et notamment les chinois viennent y vivre la fièvre du jeu. Ce qui provoque un énorme développement économique de la ville depuis 20 ans. Pour vous donner une idée, en 2005, les sommes de jeu à Macao égalaient celles de Las Vegas. Depuis, elle les ont allégrement dépassée.

Nous n’y avons pas joué, les casinos nous ont paru vides mais c’était la journée, ils doivent bien se remplir à un moment….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un des casinos les plus emblématiques
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le même de profil

Résultat, on est dans une ville où se côtoient divers bâtiments très modernes (notamment les casinos et les hôtels de luxe) et d’autres endroits beaucoup plus pauvres et vétustes. La ville est très polluée et pleine de voiture. Le centre ville historique est par contre très joli, avec une forte influence *roulement de tambour* portugaise ! Vous l’avez deviné. Dans la nourriture, on retrouve aussi une influence portugaise, avec notamment de délicieuse petite tarte au flan. On retrouve aussi beaucoup d’inscription en portugais dans la ville.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Une église, ça change des temples chinois…
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les fameuses tartes aux oeufs, excellentes !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Eglise de la mère de Dieu, dont il ne reste que la façade
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
L’ancienne rue des prostituées (rua de la felicitad)
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Des poissons qui sèchent au soleil

 

Nous avons passé une bonne journée là bas, mais nous n’y vivrions pour rien au monde. Contrairement à Hong Kong, c’est un cauchemar pour les piétons, à part le petit centre ville historique.

Hong Kong

La cousine de Kir étant expatriée à Hong Kong avec son copain, cette ville-état qui à l’origine ne nous avait pas spécialement attirée était un passage obligé de notre tour du monde. Quelle chance que nous ayons fait ce crochet !

Nous prenons donc l’avion de Tokyo pour Hong Kong, où nous accueillent les expatriés. Ils nous invitent à loger dans leur super appartement très bien situé avec piscine et salle de sport intégrées à l’immeuble ! Nous y passerons 10 jours.

dsc_1498182522939.jpg
La vue de l’appart de nos hôtes, c’est haut !

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Hong Kong de nuit

La ville de HK est incroyable, les boutiques chinoises dont les commerçants sèchent des poissons sur le trottoirs côtoient des immenses gratte ciels qui rivalisent d’originalité pour attirer l’œil. De l’architecture originale, à la façade écrans géants ou recouverte de lasers. Malgré tout, un détail insolite, tous ces immenses gratte ciels ultra modernes présentent des étages vides pour faire « circuler le chi » (énergie dans la médecine chinoise) et bien sûr pas d’étage 4 (et parfois pas de 14, 24….) car ce chiffre porte malheur en Chine. Au pied de monuments très modernes, se retrouvent de petits autels souvent une offrande ou un peu d’encens est posé devant.

dsc_15471223528857.jpg
L’étage allumé et vide au centre est destiné à la circulation du chi
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les trams à deux étages, un des symboles de la ville
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Tous les échafaudages, mêmes les plus hauts, sont en bambous !

La ville est agréable pour les piétons, pas aussi polluée que nous le redoutions (en fait, l’air est plutôt agréable comme c’est une ville côtière). Elle est traversée par un bras de mer. Celui-ci se croise en bateau (c’est magnifique, surtout au coucher du soleil) ou en métro (tunnel sous la mer).

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pendant ces quelques jours, nous sommes montés au dessus du pic Victoria en funiculaire pour admirer la vue sur toute la ville. En haut nous en avons profité pour goûter une bubble gaufre (gaufre fourrée à la glace et recouverte de sirop qui serait une spécialité de HK). Nous avons visité le temple Man Mo, le musée d’histoire de HK, de la marine, le grand bouddha et le monastère de Po Lin, la place du cinéma….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La vue depuis le pic Victoria
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le temple Man Mo, ça nous change du dépouillement des temples japonais
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le grand Bouddha
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Il est vraiment imposant
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
L’accès au Bouddha se mérite
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
On y accède en téléphérique
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Monastère de Po Lin

 

Au delà de la ville même il y a plusieurs îles à découvrir avec des randonnées à faire, des plages et Macau, à moins d’une heure de bâteau….

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Léonard s’est fait une amie en dessous du Bouddha