La rose du nord

Après le Laos, la Thaïlande et notre première étape, Chiang Mai. La ville nous avait été chaudement recommandée par un américain rencontré à Kyoto. Il ne nous avait pas menti, ça vaut le coup!

Pour commencer, beaucoup de choses à voir, avec pas mal de temples bien sympathiques dans la ville

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
On peut acheter de petites feuilles d’or à coller sur les statues du temple
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
L’or est très souvent présent dans les temples importants de Thaïlande

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Moine momifié ou statue de cire ? Dur de faire la différence.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

p8221552-e1538915758527.jpg

et hors de la ville, accessible en touk touk (Wat Phratat Doi Suthep).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Wat Phratat Doi Suthep

p8271684-e1538914932233.jpg

p8271692-e1538916314663.jpg

p8271704-e1538916100975.jpg

p8271711-e1538916237361.jpg

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De belles rencontres, d’abord lors d’un trek plein de cascade.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Villages dans les rizières
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Bouilloire
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Notre chambre avec Kir, Uri et Léonard
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La vue depuis la terrasse
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Sol de notre « hôtel », une fine couche de bambou
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Huttes dans la forêt
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Des chiens errants viennent souvent à notre rencontre et sont plutôt sympas
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Emballage biodégradable, en feuille de bananier 🙂

Nous rencontrons aussi dans notre hôtel un taïwanais, Henry (c’est son nom occidental), photographe, professeur de surf et guitariste de son état, excusez du peu. Puis arrivent à l’hôtel deux parisiens, Damien et Aurore, dont vous entendrez encore parler plus tard. C’est aussi à Chiang Mai que nous rejoint une meute israélienne, des amis de Uri venu le rejoindre pour leurs vacances.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Henry, notre ami taïwanais

La ville est très agréable à vivre et nous y passons avec plaisir une bonne semaine. La vie y est très bon marché mais confortable, on mange très bien (comme d’habitude, nous mettons un point d’honneur à découvrir en détail les traditions culinaires locales) , on trouve aussi un très bon restaurant italien où nous dégustons une burrata de première ordre. la belle vie quoi. Nous profitons des tuk tuk, omniprésents, du marché de nuit, nous prenons des cours de cuisine ou Saga fait les meilleurs beignets banane du monde ! Bref, on comprend pourquoi Léo Grasset (youtubeur, à l’origine de la chaine « dirty biologie ») a décidé à l’époque d’y vivre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les réalisations de Saga, soupe poulet coco et curry vert
DSC_1977.JPG
Kir prépare la version végétarienne
DSC_1981.JPG
Le nem parfait !

On assiste aussi à des matchs de boxe thaï. Il s’agit malheureusement plutôt « attrape touriste » car il n’y a presque pas de locaux et les matchs semblait plus étre des matchs d’entraînements que des matchs avec un réel enjeu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Danse de début de match
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les combats sont assez violents

Bref, une ville où on se verrait bien revenir. Justement, on va être obligé de le faire! En effet, Chiang Mai est un peu le carrefour de la région, et c’est toujours à partir de cette ville que nous allons rayonner pour nos futures destinations, Paï et Chiang Rai.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s